Sans sexualité point de civilisation

 

Toulouse SEX(e)pose

Sex-appeal, la scandaleuse vie de la nature

J’ai visité l’exposition en cours jusqu’au 7 juillet 2024 et vous fait part de ce texte présentant le sujet par le Muséum histoire naturelle toulousain.

Avec sa nouvelle grande exposition, le Muséum de Toulouse a choisi de lever le voile sur la biodiversité du vivant par le prisme de la sexualité.

En effet, le sexe n’est-il pas l’élément clé de l’évolution et donc de la biodiversité sur cette planète qui regorge de vie ? Côté animaux, de la masturbation des primates à la fellation de la chauve-souris, de la parade nuptiale du paradisier en passant par l’homosexualité des lions, la polygamie des chimpanzés, l’hermaphrodisme des escargots encore bien d’autres genres. Tous les goûts sont dans la nature. Entre tendresse, délicatesse, glamour, mais également sensualité, érotisme ou bestialité, la vie sexuelle des animaux est bien plus riche, foisonnante et flamboyante qu’il n’y paraît. La sexualité des fleurs, quant à elle, est bien souvent discrète et parfois même d’une pudeur sacrée. La coévolution des plantes et de leurs pollinisateurs a donné lieu à des rapprochements étonnants qui ne sont pas exempts de tromperie. Colorées et parfumées, les plantes nous livrent une mise en scène luxuriante qui donne naissance à des relations uniques.

Pendant la visite, nous pouvons explorer les différentes perspectives sur la vie des plantes. Aristote pense que la nature se renouvelle « comme ça »; sans attribuer de processus spécifique à la reproduction. En revanche, c’est  avec Théophraste que l’étude de la botanique et de la reproduction du végétal commence à être interrogé.